Huile végétale

Présentes dans toutes les civilisations, les huiles végétales ont été utilisées à des fins les plus diverses au cours des âges : alimentation, éclairage (lampes à huile), santé, beauté, entretien domestique, et aussi comme accompagnantes sur le chemin spirituel (onctions, rituels, bénédictions, etc.).

Au 14e siècle avant J.C., les Egyptiens utilisaient de l’huile d’olive pour faciliter le glissement de lourdes pierres et la rotation des roues des chars.

Pendant l’antiquité, elle servait principalement de combustible pour s’éclairer. Les Romains s’éclairaient avec des chandelles de suif.

Deux siècles avant notre ère, les Egyptiens et les Romains utilisaient des moulins, des presses et des filtres à huile.

Aux 16e et 17e siècle, la cuisine “grasse” était synonyme de richesse, de délice et d’abondance. “Sans graisse, pas de goût” disait-on.  L’augmentation de la confection de sauces à base de corps gras au 16e siècle a correspondu à l’apparition d’un nouvel usage alimentaire : la consommation d’oignons et de pain frits.

En France comme en Angleterre, on commença à préparer davantage de plats à base de beurre, mais celui-ci était encore considéré comme un ingrédient vulgaire et bas de gamme.

Il fallut attendre le 17e siècle pour qu’à l’assaisonnement acide et épicé du Moyen-âge se substitue un assaisonnement gras plus respectueux de la saveur propre des aliments.

Depuis le 18e siècle, le beurre et l’huile étaient considérés comme des condiments et non comme de véritables aliments. Ce scepticisme à l’égard des graisses est évident lorsque l’on consulte les livres de cuisine de l’époque d’où elles sont complètement absentes. A cette époque, ce sont les classes sociales les plus défavorisées qui consomment le moins de graisse.

Jusqu’au début du 20ème siècle, les procédés d’extraction préservaient toutes leurs vertus. De nos jours, les techniques d’exploitation permettent d’augmenter considérablement la rentabilité, mais les agents chimiques agressifs utilisés dénaturent leurs propriétés.

La plupart des huiles végétales rencontrées dans le commerce ne sont qu’une vulgaire matière grasse liquide énergétiquement et nutritivement morte, sans intérêt, ne contenant que des calories vides.

Aussi, afin de profiter de leurs propriétés bénéfiques, n’utilisez que des huiles végétales vierges, de première pression à froid, si possible bio, non raffinées, non désodorisées ou autre.

 

Qu’est-ce qu’une huile végétale ?

Les huiles végétales sont obtenues par pression à froid (de préférence) des graines ou fruits de diverses plantes oléagineuses. Le jus ainsi récolté est filtré puis conditionné. Ces graisses végétales liquides fournissent de l’énergie à l’organisme, tout comme les graisses animales. Elles apportent également des acides gras essentiels, des vitamines, de la lécithine et divers oligo-éléments.

Les huiles végétales se distinguent toutefois des graisses animales par leur teneur en acides gras insaturés, certains étant nommés « essentiels » car indispensables à la vie mais ne pouvant être synthétisés par l’organisme humain. Les huiles végétales sont riches en acide gras polyinsaturés, ce qui leur confère cette nature liquide et douce, mais les rend très sensibles à l’oxydation (rancissement).

 

Où les conserver ?

Constituées de principes actifs vivants, veillez à les stocker dans des bouteilles de verre opaque, à l’abri de la lumière et de la chaleur. Selon leur composition, elles gardent leurs propriétés à température ambiante durant un an environ (en évitant de les exposer à une forte chaleur ou à l’air libre).

Au frais, elles se conservent 2 à 3 fois plus longtemps.

Où les acheter ?

Vous trouverez vos huiles dans les drogueries , les magasins bios, dans les grandes surfaces et sur Internet.

Comment les utiliser ?

Il existe une grande variété d’huiles végétales dont les compositions uniques leur confèrent des propriétés spécifiques. Véritables concentrés d’énergie solaire, elles s’utilisent dans l’alimentation, dans les soins cosmétiques, elles sont nombreuses à  faire double usage.

 

Soins de beauté

Très appréciées, les huiles végétales s’adressent à tous les types de peau, conviennent aussi bien à la peau du visage et du corps qu’aux cheveux et aux ongles. En synergie avec les huiles essentielles, leurs propriétés se rehaussent mutuellement.

Elles restaurent le film hydrolipidique de la peau qui constitue une barrière défensive naturelle. A la différence des crèmes hydratantes, elles n’apportent pas d’eau, mais la couche grasse qu’elles forment sur l’épiderme empêche l’eau des tissus de s’évaporer (action anti-déshydratante).

Appliquez la préparation de préférence sur la peau légèrement humide afin de renforcer l’effet réhydratant. L’utilisation d’une éponge végétale est très appropriée. Pour se démaquiller les yeux sans agresser la peau du contour de l’œil, utiliser de l’huile de jojoba et terminez avec de l’hydrolat de rose ou de bleuet.

En confectionnant vos propres produits vous contribuez à respecter l’environnement et vous obtiendrez des résultats supérieurs à toutes les pseudo promesses du commerce.

 

Usage alimentaire thérapeutique

Lors de changement de saison ou de grande fatigue, vous pouvez faire une cure d’huile végétale de bourrache, d’onagre et de germe de blé. 1 cuillère à café avant les repas pendant 3 semaines.

 

Danger : L’huile de paraffine

Sous-produits des pétroles, c’est un hydrocarbure… sans aucune affinité avec notre organisme ! Ce produit est mort, mais malheureusement de loin pas inerte. Perturbe la perméabilité de nos intestins. Empêche les nutriments et les vitamines sont en grande partie éliminées par les selles.  Facteur de dévitalisation, de nombreuses recherches ont démontré un haut risque cancérigène.

huile végétale

sésame

jojoba

chanvre

noyau abricot